Derniers articles

Edouard Philippe va annoncer la suspension de la hausse des taxes sur le carburant

RMC 2018-12-04 00:00:00 Paris
Edouard Philippe va annoncer un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants, afin de tenter d'apaiser la crise des "gilets jaunes". Cette suspension de plusieurs mois doit être assorti d'autres mesures d'apaisement

Lire la suite sur RMC :

https://rmc.bfmtv.com/emission/carburant-salaires-primes-les-pistes-qu-edouard-philippe-pourraient-presenter-aux-gilets-jaunes-1581074.html#content/contribution/edit

Premier ministre Édouard Philippe va annoncer mardi un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants prévue le 1er janvier, afin de tenter d'apaiser la crise des "gilets jaunes". Cette suspension de plusieurs mois doit être assorti d'autres mesures d'apaisement

Selon les informations de RMC, mardi matin, Stanislas Guérini, nouveau patron de La République en marche! a officiellement demandé la mise en place de ce moratoire.

Cela faisait depuis plusieurs semaines que les élus de la majorité demandaient un tel geste autour de cette taxe, symbole de la grogne des "gilets jaunes". En coulisses, de nombreuses voix soulignent qu'avec la mise en place d'une telle mesure, la taxe ne devrait pas voir le jour dans les faits.

La hausse de la taxe sur les carburants était prévue le 1er janvier. Selon les premiers éléments, l'Exécutif veut mettre en place un moratoire de plusieurs mois, ou "suspension" dans sa qualification gouvernementale, doit être assorti d'autres mesures d'apaisement.

D'autres pistes pourraient ainsi être annoncées, selon nos informations, comme la prime "Mobilité emploi", qui pourrait bénéficier à des automobilistes situés en zones péri-urbaines ou rurales, une aide pour aider les plus démunis à payer leurs factures d'énergies.

Enfin, à plus long terme, l'idée d'une réforme de l'impôt sur le revenu, notamment pour les classes moyennes, est à l'étude. La revendication des "gilets jaunes" de la hausse du SMIC est quant à elle, pour le moment, mis de côté: le gouvernement mise sur les trois mois de discussion annoncés entre les élus et les Français sur le terrain pour travailler sur cette question et répondre aux attentes concrètement.