Derniers articles

Volkswagen : le scandale des singes inhalant des gaz d’échappement en laboratoire.

The Automobilist 2018-01-29 00:00:00 Crit'air et taxes
Grâce au New York Times, nous découvrions, une étrange pratique qui était utilisée par Volkswagen, Daimler, BMW et Bosch ou le scandale des singes de laboratoire inhalant des gaz d’échappement.

Lire la suite sur The Automobilist :

https://theautomobilist.fr/actualite/ecologie/volkswagen-apres-diesel-gate-monkey-gate-176183

Il y a deux jours, nous découvrions, grâce au New York Times, une étrange pratique qui était utilisée au sein d’un centre de recherche fondé il y a quelques années par Volkswagen, Daimler, BMW et Bosch. Et comme si le Diesel gate ne suffisait pas, voici ce que l’on pourrait appeler le Monkey gate ou le scandale des singes de laboratoire inhalant des gaz d’échappement. Ainsi au cours d’une procédure judiciaire impliquant le groupe automobile allemand, nous avons appris que l’ERGEHTS (European Research Group on Environment and Health in the Transport Sector) menait, avant que n’éclate le Diesel gate, c’est à dire en 2014 une étude des plus surprenantes mais aussi morbide sur un groupe d’une dizaine de singes cloîtrés dans des chambres hermétiques. L’expérience avait pour objet de leur faire respirer « en direct » des gaz d’échappement provenant sans surprise d’un moteur TDI, en l’occurrence le fameux L4 2.0 L TDI installé pour l’occasion sous le capot d’une Beetle. Dans le détail, une dizaine de singes étaient installés pendant environ 4 heures dans une chambre étanche à l’air. Ils étaient installés devant des dessins animés pour les occuper pendant qu’ils inhalaient les fumées émises par le pot d’échappement d’un moteur TDi qui tournait dans une pièce à côté. Si on en croit les premiers éléments connus, ces tests devaient renforcer le propos de VW sur la propreté de ses TDI (truqués) et leur totale conformité vis à vis des normes américaines.